Ambassade des pigeons

Billets d'humeur

Août 2014 

Opacité de la gestion et du sort réservés aux pigeons des villes : Elus et Services « inamovibles » des mairies

Alors que nous nous employons à dénoncer le biseness du dépigeonnage, également celui de la fauconnerie puis encore et toujours le scandale des stérilisations des pigeons pratiquées sans anesthésie générale et que nous présentons aux mairies des alternatives à toutes ces tueries abjectes, des solutions tout à fait innovantes, raisonnables, durables, éthiques et peu coûteuses en matière de régulation des effectifs de pigeons, eh bien, nous venons de le constater – juste après les élections municipales– : certains programmes continuent, identiques aux précédents, certains contrats sont reconduits, et ce alors que les élus, eux, ont parfois changé et que l’on a pourtant pris la peine de créer par ci par là des postes d’Elu(e)s chargé(e)s de l’Animal en Ville.

Entre autres programmes et contrats qui continuent : ceux des dépigeonnages et des stérilisations sans anesthésie des pigeons ! Et ce, malgré leur cruauté, leur inutilité, avérées, sans oublier un gaspillage honteux de vies puis d’argent des contribuables…

Par ci par là, il y eut avant les élections (municipales de 2014), des promesses, relayées d’ailleurs par bien des services « inamovibles », les élus en campagne n’ayant aucune disponibilité pour nous répondre directement … : « mais oui, vous aurez un pigeonnier !  ». Mieux : « nous avons déjà trouvé l’artisan pour construire celui-ci et même les employés municipaux pour l’entretenir ! »

Pire, nous avons même reçu en réponse à nos courriers une lettre avec en tête et signature d’une élue puis appris que cette lettre avait été rédigée par la responsable du service d’Hygiène. Le contenu était quasiment de la propagande pour le gazage des pigeons et l’arrachage de leurs gonades à vif…..

Pire : la mode semble désormais au silence des élus…. Qui délèguent les basses œuvres, semblerait-il ou bien ne cherchent même pas à savoir en quoi la Gestion de l’Animal en Ville pourrait constituer un élément essentiel de l’urbanisme futur !

Notre « billet d’humeur d’août 2014 » sera donc destiné à dénoncer le formatage des services « inamovibles » des mairies par les entreprises de dépigeonnage (et de fauconnerie) elles-mêmes, voire les « accointances » entre ceux-ci et ceux là…

En effet, malgré toute la bonne volonté des élus, anciens ou nouveaux, la même rengaine leur est resservie, d’emblée, par les spécialistes de terrain que sont les « services », ayant non stop collaboré avec les entreprises de dépigeonnage et./ou du « charcutage » des pigeons qui ont signé un contrat, avec telle ou telle de ces mairies.

Entendu hélas trop souvent les réflexions ci-dessous ces derniers temps :

  • les pigeons transmettraient des maladies, des enfants auraient même été hospitalisés à cause des pigeons, les pigeons représenteraient un danger sanitaire terrifiant !
  • tout serait fait dans les règles de l’art, les outils seraient agréés…
  • Les pigeons ne souffriraient pas du tout lorsqu’on les gaze ou bien qu’on leur ouvre l’abdomen pour en extraire les gonades, à vif. Ou avec à peine une petite piqûre qui endort juste là où l’on fait l’incision, en surface, quoi !
  • la solution des pigeonniers serait une « foutaise » 
  • Nous pouvons installer des pigeonniers (qui coûtent cher) mais il nous faudra (« hélas », disent-ils) poursuivre des captures, à la demande, parallèlement, ponctuellement…
  • Il faut bien que nous répondions aux plaintes des habitants…..
  • Vous n’avez pas droit de « critiquer » telle ou telle entreprise agréée », celle-ci pourrait vous accuser de diffamation….

Bref, à part quelques belles exceptions que nous nous empresserons de citer au moment voulu, nous déplorons le peu d’empressement des élus, d’une manière générale, à prendre en compte, directement eux-mêmes, la gestion des pigeons dans leurs communes et sommes indignés que certains services de mairies osent répéter les paroles des dépigeonneurs, stérilisateurs à vif et autres sans les avoir vérifiées ou bien avoir entendu un autre son de cloche, en particulier quand celui-ci est désintéressé financièrement.

Et nous serions vraiment contents que les services vétérinaires mettent leur nez dans le « traitement » des pigeons (visites-suprise des pièges agréés, des transports vers les caissons de gazage, les caissons eux-mêmes, stérilisations chirurgicales, dislocation du cou par des fauconniers sans gants…, battues par tireurs d’élite, directement dans les nids des pigeons, la nuit quand ils dorment), en attendant que les pigeons aient un statut et que les dérogations à l’article 521.1 contre la maltraitance animale cessent de se multiplier ! (Il y a autant de dérogations à l’article 521.1 que d’exceptions dans la grammaire française !!!!!!!!!!) Les mentalités (indifférence, mépris des sensibilités et des souffrances) changeront parallèlement…

 

Tuer n'est pas gérer

Nos préconisations de pigeonniers municipaux sont en train de « prendre » : elles sont tellement logiques !!! Il faut faire sortir la gestion des pigeons de toute question de rentabilité, déconstruire les poncifs et préjugés à l’encontre des pigeons et qui ont servi d’alibi pour mettre ceux-ci à mort depuis des lustres, responsabiliser nos élus, associer les riverains…

Nous n’oublierons pas dans ce Billet d’humeur de remercier les mairies aussi courtoises que sérieuses et courageuses également rencontrées et/ou avec qui nous avons correspondu. Avec qui nous avons des projets. Mairies qui sont de plus en plus nombreuses à nous solliciter…

Merci aux personnes si généreuses que nous avons rencontrées lors de nos déplacements….La cause des pigeons DOIT avancer ! VA avancer …

Brigitte Marquet

Un aspect de déontologie

Nous ne cautionnons pas les personnes qui se servent de nos textes, vidéos, et même pétitions en les extrayant de leur emplacement et contexte précis et surtout en ne citant pas leurs sources avec des guillemets de début et de fin...., comme cela DOIT se faire.
Il en est ainsi d' une personne qui organise actuellement une pétition destinée aux maires de Paris en accolant son nom à l'un de nos textes. Nous lui avons demandé de replacer l'extrait concernant le statut des pigeons dans le contexte où il se trouve et d'en indiquer la source exacte. Aucune réponse. Cette personne ferait mieux de soutenir les actions de l'Ambassade des pigeons plutôt que de se servir de manière désordonnée dans nos rayonnages !
Par ailleurs, nous désapprouvons que l'on pétitionne désormais à tout bout de champ. Trop de pétitions tue les pétitions indispensables, organisées par des personnes connaissant parfaitement le sujet dont elles parlent.

Le "post" en question a finalement été retiré par son auteur. Comme quoi, de temps en temps, le rappel à la déontologie ne fait pas de mal !